Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 17:08

DSCN0395.JPG

 

 

 

       En plus du bourrage de crâne diffusé par les médias, chacun peut en ce moment trouver dans sa boîte aux lettres un dépliant sur la réforme des retraites, « décoré » d’ un choix de portraits politiquement correct.

Seulement ce dépliant ment.

        Dès le premier volet se trouve illustrée la technique sarkozyste bien connue qui consiste à raconter une histoire/écran de fumée pour agir à l’ inverse. « Sauver notre système par répartition » alors qu’ il s’ agit de le détruire, ainsi que tout notre système social. Parano ? Non : Denis Kessler (ex n° 2 du MEDEF) a vendu la mèche (magazine Challenges , 4 oct 2007):

« 

Les annonces successives des différentes réformes peuvent donner une impression de patchwork. À y regarder de plus près, on constate qu’ il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C’ est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Il s’ agit aujourd’ hui de défaire méthodiquement le programme du Conseil National de la Résistance ! » On ne peut pas être plus clair !

          Argument indispensable pour faire avaler la fable du sauvetage, la fin du déficit pour 2018, illustrée par un schéma sommaire. Mais là encore , c’ est faux . De nombreux experts le démontrent, mais reprenons simplement les arguments des sénateurs centristes , qui ne sont pas vraiment de dangereux bolchéviks : l’ équilibre promis est lié à des prévisions trop optimistes , celles du chômage sont très minorées et celles de croissance très majorées , il faudra trouver des financements ailleurs. Charles de Courson précise : le scénario gouvernemental repose sur une hypothèse de croissance « à 2,5 % pendant 10 ans quand l’ Europe la prévoit autour de 1,5 % qui est la moyenne des 10 années avant la crise. » Le gouvernement lui-même, avant l’ épisode de la réforme des retraites, prévoyait une croissance à 1,7 % !

« Grâce à la réforme, le niveau des pensions est maintenu ». Encore faux ! D’ abord par l’ effet du début de la réforme des retraites, la fameuse loi Balladur de 93 aggravée par la loi Fillon de 2003, qui entraîne une chute du niveau en modifiant le calcul du niveau de la pension par rapport au salaire. Ensuite le développement des études et la massification du chômage réduisent les carrières, qui durent actuellement 38 ans en moyenne, ce qui fait que peu de salariés pourront cotiser 42 ans et bénéficier d‘ une retraite pleine. Ce sont les carrières déjà les plus fragiles qui sont encore plus frappées , le plus souvent les femmes ayant occupé des postes partiels et les moins qualifiés.

           Quand au « maintien du pouvoir d’ achat » , c’ est bien sûr sur la base de l’ inflation officielle. Pas besoin de faire un dessin, chacun constate tous les jours depuis longtemps quel rapport elle a avec l’ inflation réelle.

          « La pénibilité » : le volet 4 est un sommet de cynisme . Pour bénéficier des 2 « avantages » cités, il faudra être déjà invalide au moment de partir en retraite, c’ est-à-dire ne jamais bénéficier, comme les autres, d’ un temps de retraite en bonne santé ! De plus, on ne parle que de pénibilité physique, donc ressentie, or elle ne l’ est pas toujours. Respirer des fibres d’ amiante n’ est pas pénible mais produira les effets que l’ on sait à retardement, ce qui n’ est pas pris en compte. Enfin on privilégie une approche individuelle au coup par coup ; pas de règle claire, donc peu de moyens de faire valoir ses droits ou de se défendre contre les abus. Et surtout, çà évite d’ être obligé de revoir le mode d’ organisation du travail qui est à la source du problème.

                « Carrières longues » : le volet 5 nous explique froidement que ceux qui ont commencé à 14 ou 16 ans, en plus d’ avoir souvent exercé des métiers pénibles, devront cotiser 44 ans, contre 41 pour les autres ! Triple peine !

              Pour « la retraite des femmes », le volet 6 met en valeur 2 mesurettes, dont l’ une est provisoire, et fait pudiquement l’ impasse sur le fait que ce sont les femmes qui sont le plus pénalisées par la réforme. Seules 44 % ont une carrière complète et l’ écart de salaire avec les hommes est de 27 %. On prétend que les entreprises seront obligées de le réduire, mais on ne sait pas quand puisqu’ il n’ y a pas de loi à ce sujet, et quand on connaît le peu d’ empressement de ce gouvernement à exercer des contraintes sur les entreprises …

             Le volet 7 rappelle des dispositions déjà existantes pour les faire passer pour des conséquences de la réforme. On peut se demander si les retraités pauvres doivent relever de l’ assistance.

Le minimum vieillesse est de 708 € par mois, alors que le seuil de pauvreté est à 949 €.

Comme le dit bien le dernier volet, la régression n’ est pas valable que pour le secteur privé. Le secteur public qui a longtemps servi de modèle pour tirer le système vers le haut est maintenant aligné vers le bas au secteur privé.

Sylvain COSTET

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
<br /> complément d' infos : les syndicats SUD viennent de publier un contre-dépliant qui explique bien. pour le voir, allez sur, par exemple : www.sudeducation42.org/article308.html<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> cliquez ici :  Contre-dépliant<br /> <br /> <br /> <br />
R
<br /> Avant le texte, regardons le graphique : la proportion du -30M euros et du -44M euros, si ce n' est pas de la tromperie, c'est quoi ?<br /> Si cxette réforme était impartiale, si toutes les autres raisons du problème exposé, "les caisses sont vides", avaient été étudiées, il n' y aurait pas eu lieu de faire ce papier pour essayer de<br /> nous convaincre.<br /> Et ce n' est pas fini, une des autres inventions, le 5ème risque (dépendance). Ils vont être obligés de nous faire passer un autre papier.Car j' ai peur que ce risque (mot très bien choisi !) soit<br /> couvert par le secteur privé avec cotisations supplémentaires rendues obligatoires. Aïe, aïe, aïe diront certains.<br /> Retraites complémentaires, 5ème risque, maisons de retraite. Chic, chic, chic diront les autres.<br /> <br /> <br />
Répondre

Présentation

  • : Collectif Citoyen de Larajasse
  • : Lieu de communication des citoyens de Larajasse. Il s'agit de partager l'information relative à la vie de la commune, de favoriser les échanges entre citoyens,voire d ëtre capables de faire des propositions pour améliorer nos conditions de vie actuelles et futures.
  • Contact

Participez aussi !

- soit en postant vos commentaires sur l'article concerné :cliquer « ajouter un commentaire » (il faudra renseigner les champs, taper son commentaire, recopier les 3 lettres peu visibles pour validation et poster son commentaire)

 

- soit en envoyant un article sur un sujet concernant Larajasse à l’adresse suivante : citoyenjarsaire@laposte.net (n'oubliez pas de signer votre texte !) .N' ayez pas de complexes, on ne vous demande pas d' être prix Nobel de littérature ,c' est le contenu qui compte !

Dates du Conseil Municipal

Les réunions ont lieu en général le jeudi à 20h30 au premier étage de la Mairie.
Ces réunions sont publiques, tout le monde peut y assister .N' hésitez pas, il y a toujours du public.
Dates 2010: , mercredi 10 novembre, jeudi 9 décembre.

Archives

Responsabilité

Tout visiteur du blog, désirant poster des commentaires ou publier des articles, devra respecter les lois en vigueur. Vous êtes responsable du contenu que vous souhaitez diffuser. Toutefois, sachez que vos propos seront analysés avant leur diffusion sur ce blog afin que ceux-ci ne soient pas contraires à la loi française. Par exemple, vos messages ne devront pas être violents, injurieux, diffamatoires, racistes ou révisionnistes. Ils ne devront pas également inciter à la haine ou à la discrimination.